Réunion du 25/11/2011–Mouvements et trafic aérien

WP_000303

Nous revenons sur un des thèmes abordé lors de la réunion : 
le trafic, le nombre de pilotes et le nombre de mouvements.

Définition d’un mouvement (code de l’aviation civile) :
Un mouvement est l’atterrissage ou le décollage d’un aéronef.

Ces mouvements sont comptabilisés par le responsable de l’aérodrome.

Voici les quelques chiffres que j’ai pu retrouver.

Année 2004 2005 2007 2009 2010
Nb Mouvements 990 1015 ? ? ?
Nb pilotes 73 65 100? ? 70?
Nb élèves pilotes 12 8 ? ? ?
Nb élèves BIA 18 33 ? ? ?

A noter qu’en 2008, Xavier Canu affirmait que l’activité était en baisse en comparant 2004 à 2005 (alors qu’en 2007, d’après Lucien Canu, il y avait 100 membres, 35 pilotes de plus ?).

Pour revenir sur la remarque de notre futur élève pilote (Lire ici le commentaire). Lors de la réunion, je faisais une estimation rapide avec la journée du 19/11/2011 ou j’ai comptabilisé plus de 50 mouvements : Sur une évaluation de 50 jours ensoleillés dans l’année, cela fait au minimum 50×50 = 2500 mouvements très loin des 1000 annoncés en 2004-2005 !

A ce moment, j’avoue ne pas avoir été très clair, mais je ne parlais pas d’heures mais de mouvements.

A cela va s’ajouter l’écolage : 10 élèves pilotes par an : 20 heures de tours de piste pour chacun, soit au minimum 10 mouvements par heure
= 2000 mouvements supplémentaires par an.

En effet, selon moi, ce changement ne va pas multiplier par 2 le nombre d’élèves (dixit M.Morel directeur de l’aviation civile) mais par 4 le nombre des mouvements de l’aérodrome !

Pour rebondir sur le sujet de la valeur mobilière, les personnes qui ont acheté leur maison ont acheté une maison à côté d’un aérodrome privé comptabilisant quelques passages d’avions estimés à 1000 mouvements par an, soit en moyenne moins de 10 atterrissages et 10 décollages par semaine.

Sommes-nous toujours dans cette configuration maintenant ? Est-ce aux habitants de subir la décote de leur maison liée à l’élévation du trafic ?